Disparition du fondateur du MIDEM, Bernard Chevry

May 20, 2019

Alors que la 52eme édition du MIDEM s'apprête à ouvrir ses portes le 4 juin prochain, nous apprenons la disparition de son initiateur et fondateur.

Bernard Chevry avait lancé dés 1963 le MIPTV avant de s'intéresser au marché du disque et de l'édition Musicale en 1967, qu'il a présidé jusqu'en 1988.

AMA salue la mémoire de Bernard Chevry et sa vision.

En juin 2016, il expliquait au journaliste Philippe Dupuy, la genèse de ce qui est devenu une institution.

 

Comment vous est venue l’idée d’un salon international consacré à la musique?
J’avais déjà créé le salon du jouet, qui recevait 18000 personnes et le MIPTV à Lyon. Un jour, un ami journaliste, Christian Brincourt du Figaro, me dit : « Tu devrais t’intéresser à la musique. Je connais des gens qui veulent organiser un festival, je peux te les présenter ». J’ai dit ok, mais je n’avais aucune intention d’organiser un festival : il y en avait déjà des tas, dont celui de Juan les Pins. J’ai rencontré les gens en question et je leur ai proposé de créer un salon professionnel. Ils n’y croyaient pas trop, mais ils m’ont laissé faire…

 

Vous souvenez-vous de la première édition?
Et comment! L’année d’avant, j’étais allé voir le patron du festival de San Remo, qui était à l’époque LE grand rendez-vous musical pour l’Europe continentale, pour lui présenter le projet et voir si on pouvait travailler ensemble. Il m’a jeté dehors manu militari! Pour l’embêter, j’ai calé les dates du Midem sur la fin du festival et j’y suis allé pour inviter tous les professionnels présents à venir à Cannes. Pour les décider j’ ai envoyé une flotte de 100 voitures les chercher à leur hôtel. Leur arrivée en convoi à Cannes a fait sensation. Pour me faire plaisir, la mairie avait même prévu la fanfare et les majorettes, ce qui était un peu décalé par rapport au public visé (rires)

Où aviez-vous installé le salon?
Le problème, c’est qu’il n’y avait que l’ancien palais, qui avait été conçu pour les projections du Festival du film. Il n’y avait aucun espace d’exposition. Il a fallu poser un parquet par-dessus les sièges de la grande salle jusqu’à la scène et tout démonter après. C’était compliqué, mais pour 1500 personnes ça suffisait. Les années suivantes, comme l’affluence avait quadruplé, on a investi trois étages du Martinez. Là aussi, il a fallu tout déménager. Mais on y était très bien et nous avons pu organiser les premiers concerts qui ont tout de suite connu un énorme succès et ont fait la réputation du Midem. Les plus grands artistes sont venus s’y produire car c’était une occasion unique pour eux de jouer devant les producteurs de spectacles et les éditeurs du monde entier.

La liste des artistes qui se sont produits au Midem laisse rêveur. Pourquoi n’arrive-t-on plus à faire venir d’aussi grands noms aujourd’hui?
Parce qu’ils n’ont plus besoin. Il y a les vidéos, internet, les CDs, les DVD… Rien de tout ça n’existait à l’époque. Quand j’ai quitté le Midem à la fin des années 80, c’était déjà le début de la fin. Aujourd’hui, si on voulait attirer des vedettes de cet acabit, il faudrait les payer cher.Alors qu’à l’époque, ça ne nous coûtait pas un centime.

On dit que vous êtes à l’origine de la construction du nouveau Palais des festivals, c’est vrai?
Mais oui. Le Festival du film ne voulait pas en entendre parler. D’ailleurs, ils n’ont participé à aucune des réunions préparatoires. Ils se trouvaient très bien dans l’ancien palais, mais nous on manquait cruellement de place. C’est moi qui ai convaincu la mairie de construire le nouveau palais à l’endroit où il est. Ils voulaient le faire à la place de l’ancien stade, alors qu’il fallait absolument rester sur la Croisette, près des palaces. Le succès des salons à Cannes tient à cette configuration magique.

 

Votre plus grand souvenir du Midem?
Le premier. Avoir une idée et la voir se concrétiser a toujours été mon plus grand bonheur. Surtout si on me disait que c’était impossible et que ça ne marcherait jamais !

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Music & Managers #4 Sept, oct, Nov 2019

1/8
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags